La Bièvre sera à l'honneur à Séoul

Lézarts
de la
Bièvre

2005

 
La Renaissance de la Bièvre, qui n'avance qu'à tout petits pas en Ile-de-France, continue à susciter un vif intérêt à l'étranger, notamment en extrême-orient. Après une visite de Japonais à Paris - ils avaient tenu à participer à la Marche de la Bièvre - le président du collectif d'associations "Renaissance de la Bièvre” - alors Marc Ambroise-Rendu - avait été invité, en 1999, à faire une tournée de conférences au Japon.
Puis, en 2004, à l'occasion d'un forum sur les rivières urbaines, à Tokyo, les associations nippones ont fondé un Réseau international pour la renaissance des rivières urbaines (World Urban River renaissance network) qui tiendra sa deuxième réunion à Séoul le 1er octobre 2005.
En effet, ce jour-là, le maire de la capitale et les membres du gouvernement coréen inaugureront le nouveau cours de la rivière Cheonggye. Ce cours d'eau, qui traverse le centre de la ville, fait partie du patrimoine historique coréen. Il avait subi, comme beaucoup de rivières urbaines, les avanies de l'automobile. Au cours des années 70 on l'avait coiffé d'une autoroute sur pilotis (2x2 voies) sur 6 km de long. De quoi pourrir tout le quartier ! La municipalité de Séoul a décidé de démolir l'ouvrage (1millon de tonnes de béton à concasser !), de redessiner complètement son plan de circulation, de ressusciter la Cheonggye, de verdir ses berges, d'y tracer pistes vélo et sentiers piéton. Ainsi le centre de Séoul sera revivifié et l'image de la ville - triste et polluée - probablement modifiée. Commencé en à la mi-2003 l'immense chantier sera achevé dans les délais.

Légitimement fiers d'avoir été plus rapides que les Parisiens (et que les Japonais, leurs ex- colonisateurs) les Séoulites tiennent à montrer leur exploit. Ils ont invité Marc Ambroise-Rendu, vice-président de Renaissance de la Bièvre (et président d'Ile-de-France Environnement) à participer au 2ème Forum.

A l'automne prochain, sur les bords de la Cheonggye, on parlera de la Bièvre.


Accès aux autres chroniques Marc-Ambroise Rendu




| retour vers la page d'accueil |